• justineabel

Éco-tourisme : même sans budget, comment participer à la Green Révolution ?

Mis à jour : 5 sept 2019

L'hôtellerie de plein air a un lien très étroit avec la nature, comment cohabitent-t-ils ? Comment les aider à cohabiter ?

  • Cinq moyens internes pour éco-gérer son entreprise

  • Cinq écogestes des vacanciers à diffuser (à volonté)


Les vacances sont synonymes de « liberté » et « laisser aller ». On a enfin du temps libre à occuper comme on le souhaite et nous voilà affranchit de toutes « règles ». Cependant, hé oui, elle est passée la belle époque des trente glorieuses… En 2019 on se soucie de l’environnement. Et si, même pendant nos vacances, nous étions éco-citoyens, éco-responsables, éco-touristes (difficile de mettre un nom sur cette prise de conscience)...


Et si pendant nos vacances nous profitions en mode « green » (volons-le aux anglais, c’est plus simple) ? De plus en plus de labels, de livrets d’éco-conduite, de chaînes spécialisées… se développent et tendent à faire évoluer le monde du tourisme vers une meilleure intégration dans l’environnement et dans nos consciences. Comment mettre en place un certain nombre de petits gestes au quotidien sans forcément investir beaucoup de temps et d’argent ?


Du service technique à la réception, en passant par le snack, les animations et le service de ménage, chacun peut adopter une attitude respectueuse de l'environnement et des petits gestes au quotidien vont avoir des répercutions à plusieurs échelles (économique, environnementale...).


Cinq moyens d'éco-gérer son entreprise



  1. Imprimer un minimum de papiers, uniquement ceux nécessaires. Terminé les piles de papier pour les documents lors d’une arrivée ou d’un départ ; ils sont sauvegardés dans votre ordinateur donc pas besoin de les avoir en version papier.

  2. Penser à éteindre tous les appareils électroniques en fin de journée (et même pendant la pause déjeuner en saison basse). Vous savez quoi ? Ils seront plus performants (hé oui, eux aussi ont besoin d’un peu de repos). Votre facture d’électricité vous remerciera de ces petites gestes qui font de belles économies.

  3. Trier les déchets. Je me doute bien que la quantité de déchets que vous accumulez sur une journée, une semaine, un mois ou une saison est certainement énorme mais sachez que vous êtes un acteur principal du recyclage. D’un côté, vous avez l’obligation citoyenne et humaine de trier, d’un autre côté, vous avez un rôle important dans la sensibilisation des touristes au tri sélectif.

  4. Limiter un maximum de déplacements en voiture. Vous allez me dire « c’est facile à dire mais à faire, c’est toujours la course » ? Un petit effort d’organisation et vous n’aurez pas besoin de faire des allers-retours toutes les 5 minutes. Et pourquoi ne pas convertir vos véhicules en vélos, voitures électriques… ?

  5. La mode est au recyclage et à la diminution de la quantité de déchets : dites au revoir à nos amis couverts, assiettes, gobelets, pailles… en plastique ! Hé oui, un des plus polluant et des plus abandonné dans la nature. Et si vous convertissiez votre garde-robe en éléments biodégradables ou encore mieux réutilisables ?


Comme vu plus haut il est important de sensibiliser les vacanciers au respect de l'environnement et d'insister sur le fait qu'être en vacances ne les libère pas de toutes règles de vie citoyenne et humaine... Alors voici quelques exemples à diffuser dans un carnet de bonne conduite.


Cinq éco-gestes à diffuser à volonté auprès des vacanciers



  1. Renseignez-vous sur votre destination... Tient-elle compte de l’environnement ? Si non, ai-je réellement envie de soutenir une entreprise qui ne le prend pas en compte ? Vous avez les cartes en main ; partez dans un lieu qui respecte notre planète. Vous pouvez vous renseigner auprès de quelques labels (ex. : Écolabel) ou bien encore directement sur le site Internet de l’établissement où vous souhaitez séjourner ; vous remarquerez rapidement s'il met en place des moyens pour prendre soin de notre planète.

  2. Le tri ? Même en vacances ce serait dommage de perdre ses bonnes habitudes et c’est même le meilleur moment pour l’enseigner à votre tribu. Les campings mettent à disposition des emplacements spécifiques pour que vous y déposiez vos déchets alors respectez-les et leur personnel avec. Et puis, vous savez ce qui se passe pour les déchets qui ne sont pas triés ? Nous créons des îles dans le Pacifique… tiptop ce sera peut-être votre prochaine destination de vacances ? .....

  3. Vacances = été = soleil = protection solaire. Les crèmes solaires se sont révélées être un des pires polluants pour les eaux de notre belle Terre. Alors petit conseil d’utilisation : essayez d’appliquer le protecteur après la baignade (sauf si la baignade sera longue ou que l’intensité du soleil est très forte) et surtout choisissez une crème sans toutes ces toxines qui tuent nos petits poissons.

  4. Mangez local ! L’intérêt de partir en vacances, c’est bien de partir de chez soi ! Alors profitez-en pour sortir de votre quotidien, découvrir les spécialités locales et manger local. Vous verrez, ce sera super bon gustativement, une belle expérience et en plus ça surprendra votre tribu. N’achetez pas à tout prix des produits qui ont beaucoup voyagé mais privilégiez une consommation locale (légumes de saison, marché local…).

  5. Et vos déplacements ? Même si vous êtes déjà beaucoup à ne plus toucher à votre voiture une fois arrivé sur place (d’ailleurs je tiens à vous féliciter), continuez à vous déplacer de plus en plus à vélo, à trottinette, à pied… Et pensez à respecter les sentiers tracés, la nature aussi a besoin de son espace !


La "Green Révolution" est en marche depuis quelques années et le tourisme n'a pas pu y échapper. Bien au contraire, le tourisme se trouve être un élément central dans la sauvegarde de notre planète. L'hôtellerie de plein air a besoin de la nature pour continuer son aventure, alors elle doit rapidement adapter son exploitation et s'engager dans cette lutte. Par de simples gestes au quotidien, les moyens sont nombreux pour y participer. En interne, l'entreprise peut adopter un comportement plus respectueux de l'environnement, mais également et surtout auprès de sa clientèle : l'établissement doit sensibiliser et responsabiliser sa clientèle sur l'importance de ne pas allier "vacances" et "liberté de détruire".


Source(s) : moi même